Trois menus du temps des fêtes


par Isabelle Ouimet en collaboration avec Adèle Super Épicerie

Les Fêtes devraient être pour tous un temps de réjouissance et de plénitude. Or nos quotidiens chargés ne nous permettent pas toujours de profiter de ces beaux jours, encore moins lorsque l’on reçoit. Afin que vous puissiez renouer avec le bonheur de cuisiner, de recevoir et de partager sans vous exténuer ni vous ruiner, Adèle Super Épicerie vous a concocté, à partir de ses prêts-à-manger, ses conserves et ses petits pots, trois menus classiques, mais renouvelés; des plats simples, sains et de qualité, faciles à réaliser de l’entrée au dessert et qui raviront vos invités sans gâcher votre plaisir d’hôte.

MENU TRADITION REVISITÉE

 

Cretons de porc*
Chou-fleur et carottes marinés au curcuma, à la moutarde et à la cannelle*

Dinde rôtie, purée de courge butternut*, pleurotes et champignons cremini marinés à l’ail, au thym et au citron* et mostarda de canneberges*
Salade verte

Tarte aux pacanes rhum, caramel et fleur de sel*

Ici, on ne boude pas son plaisir de voir dorer lentement la traditionnelle volaille des Fêtes au travers la petite fenêtre du fourneau… mais l’on s’assure d’épater la galerie sans effort (ou presque), avec des à-côtés savoureux, et ce, tout au long du repas.

On donne le coup d’envoi du festin avec des cretons de porc naturel du Québec — élevé sans hormones ni antibiotiques par les passionnés de la Ferme Nordest à Mont-Laurier , que l’on accompagne de légumes marinés d’ici, aux parfums délicats. On les sert directement sur une planche, avec une baguette bien croustillante ou encore un pain brioché ou de spécialité — ceux de la Boulangerie Guillaume sont particulièrement bons.

La maison emplie de l’odeur alléchante de la dinde — que l’on aura préférablement saumurée la veille, puis farcie et rôtie le jour même; le site du Dindon du Québec fournit quelques précieux trucs et astuces sur le saumurage, secret d’une viande bien juteuse, ici, on invite les convives à s’attabler pour le plat principal. On sert la dinde en morceaux, que l’on dépose sur la purée de courge butternut, réchauffée à la poêle, et que l’on garnit des champignons marinés. On finalise le montage des assiettes avec une généreuse cuillérée de mostarda de canneberges, un étonnant condiment italien à base de canneberges, de céleri, de moutarde et d’épices.

Enfin, dans un excès de gourmandise, on passe avec joie à la finale, une tarte des grandes occasions, pâte brisée pur beurre, pacanes rôties, caramel au rhum et fleur de sel. Décadent.

MENU SAVEURS DU TERROIR

 

Soupe pois cassés et canard confit*

Gigot d’agneau rôti
Pommes de terre rattes confites au gras de canard et aux herbes*
Sauce demi-glace à la moutarde*
Salade verte

Cheesecake
Confiture aux framboises au vin rouge et au poivre long*

Du Nord du Québec aux Cantons de l’Est et de l’Abitibi-Témiscamingue aux Îles de la Madeleine, le terroir du Québec a beaucoup à offrir. De l’entrée au dessert, c’est ici ce qu’Adèle célèbre ; l’extraordinaire qualité de nos aliments et, du même coup, le dévouement de ceux qui les produisent, et ce, en un tour de main !

C’est donc avec un incontournable de la cuisine canadienne-française que l’on débute ce repas des Fêtes, la soupe aux pois cassés. Réinventée dans sa version Super épicerie, cette soupe crémeuse longuement mijotée, que l’on aura tout simplement réchauffée avant de servir, tient son goût riche des cuisses de canard du Lac Brome confites aux herbes puis effilochées qui la compose.

Le temps venu du plat de résistance, on sort du fourneau un gigot d’agneau du Québec encore grésillant — le site de la Fédération de producteurs d’agneaux et moutons du Québec suggère diverses recettes simplissimes pour cuire à la perfection cette pièce particulièrement savoureuse que l’on laisse reposer tandis qu’on enfourne pour quelques minutes les pommes de terre rattes confites au gras de canard et aux herbes. Petite et de forme allongée, la ratte a un léger goût de noisette et, disons-le, beaucoup de classe. Rien de surprenant donc, à ce qu’elle accompagne ici la pièce reine du repas. On chauffe la sauce demi-glace à la moutarde dans une casserole en remuant au fouet jusqu’à ce que monte ses effluves… Dans un grand plat de service que l’on déposera au centre de la table ou encore dans l’assiette de chaque convive, on dispose des pommes de terres puis des tranches de gigot et on nappe le tout de demi-glace fumante. Un plat de roi réalisé sans effort ou presque.

Comme le veut la tradition des Fêtes, on se laisse enfin aller au septième péché et l’on dépose sous les yeux émerveillés des invités l’alléchant Cheesecake d’Adèle — que l’on aura fait la veille pour profiter pleinement de l’instant présent, selon la recette facile de la Super épicerie ici, surmonté d’une généreuse portion de confiture aux framboises du Québec au vin rouge et au poivre long, une épice millénaire sans pareille à la finale piquante, dénichée dans les conserves sucrées de la Super épicerie.

MENU RÉVEILLON GRANDE TABLÉE

 

Saumon fumé*
Oeufs de cailles marinés*

Boeuf braisé à la soupe à l’oignon*
Croûton de pain de campagne à la ricotta de bufflonne*
Salade verte

Poires au sirop thym et citron*
Glace à la vanille
Biscuits shortbread au chocolat ivoire, au fenouil et à l’orange*

Réconfortants et conviviaux, les plats mijotés n’ont pas leur pareil pour parfumer la maison. Ne nécessitant ni préparation ni cuisson de dernière minute, ils sont également de parfaits alliés pour ceux qui, à Noël, aiment que la maison soit bien remplie et la tablée, nombreuse. Orchestré autour de l’un de ces festins en marmite, ce dernier menu d’Adèle, économique et simple à réaliser, devrait faciliter le plus ambitieux des réveillons.

Pour le premier service, on place côte à côte dans grand plateau de service des tranches de saumon mariné et fumé à froid dans le fumoir de la Super épicerie. On les couvre de fines tranches d’oignon rouge, on arrose d’une bonne huile d’olive et on saupoudre de fleur de sel. On sert avec des craquelins délicats du commerce ou fait maison.

En plat de résistance, on s’offre un rôti de palette avec os de la Boucherie Lawrence — une boucherie de quartier d’exception offrant de la viande locale respectueusement élevée. Dans la journée, on le fait brunir dans une casserole puis on le dépose dans une marmite. On ajoute 3 tasses de soupe à l’oignon avec bouillon de boeuf, thym et vin rouge de la Super épicerie et on cuit au four à couvert, avec des légumes racines entiers, à 180 °C (350°F) jusqu’à ce que la viande se défasse à la fourchette (environ 3 heures par kilo de viande). On sert le braisé de bœuf dans assiettes creuses, avec en à-côté des croutons de pain de campagne à l’huile d’olive tartinés de la ricotta de bufflonne de la Super épicerie — faite à partir des produits offerts par l’entreprise montréalaise Société orignal, en provenance de laitières familiales de la province.

On clôt ce festin avec les poires Bartlett du Québec au sirop au thym et au zeste de citron en conserves d’Adèle, réchauffées à la casserole et garnies d’une cuillérée de glace à la vanille artisanale — le Québec en produit une panoplie, toutes aussi exquises les unes que les autres, disponibles dans les supermarchés et les épiceries fines. On complète ce dessert gourmand avec fournée de biscuits shortbread au chocolat ivoire, au fenouil et à l’orange de la Super épicerie. Le coup de grâce !

*produits vendus dans la Super Épicerie